Mamie Binocles  >>  Mamie Binocles - Partie 1

Chapitre 13

mamie binocles chapitre 13 

« Vas-y, ne sois pas timide, tu peux me toucher… Déshabille-moi, tout doucement. Tu sens bon… Mon corps te plait ? Donne-moi ta main, je vais te guider... C’est la première fois que tu touches le corps d’une femme ?... Ça a l’air de te plaire, tu as les yeux qui brillent. Embrasse-moi… Mhhh, c’est bon… Oui, tu peux enfoncer un autre doigt… Tu veux goûter ? Vas-y… Ça te plait, hein ? C’est vraiment la première fois ? Tu fais ça bien… Mhhhh… Laisse-moi te déshabiller à mon tour… Ho ben t’avais rien dessous… Je partirais bien pour te laisser finir la soirée comme tu l’avais imaginée, mais j’ai trop envie de continuer… Ton corps m’excite tellement… »

 

  • Il est quelle heure ?
  • 5 heures du matin.
  • Quelle soirée, mais quelle soirée. Tu aurais imaginé ça toi ? En tout cas, pour une soirée de retrouvaille, ben… C’était… surprenant.
  • Surprenant ?
  • C’est pas tout à fait le mot que je cherchais, mais je trouve pas le bon.
  • Tu as aimé le restau ?
  • Oui, c’était pas mal du tout. Mais… Tu te serais imaginé toi qu’une fille débarque comme ça à notre table pour nous proposer un plan à trois ?
  • Ça ne s’est pas tout à fait passé comme ça.
  • Ben, dès le début, c’est ce qu’elle voulait.
  • Elle nous a laissé le choix, et tu étais assez réticente… Elle est juste arrivée en disant qu’elle trouvait qu’on est un beau couple et qu’on lui plaisait.
  • Et j’ai accepté…
  • Enfin, pas au début. Il a fallu te convaincre d’essayer.
  • C’est parce que tu avais envie d’elle.
  • Arrête… Il n’y a que toi qui compte pour moi, tu le sais. Oui, je reconnais qu’elle était mignonne. Mais c’était surtout pour toi, à force d’épiler ces femmes et le nombre de fois où tu m’as dit que ça t’avais excitée de les voir en string, de mettre ta main sur leur cuisse… Enfin, là, c’était l’occasion, et je t’ai même dit que je regarderai juste.
  • Ce que tu n’as pas fait.
  • Tu ne m’en as pas empêché non plus. Mais, je commençais à ne plus pouvoir tenir et la voir en train de te lécher la chatte comme ça, le cul à l’air, ben oui, je n’ai plus tenu.
  • Tu voulais juste la baiser, c’est ça ?
  • Arrête ta fausse jalousie… Non, c’est pas ça. Si vous aviez inversé la position, c’est toi que j’aurais pénétré, voilà. On était dans un délire cul et puis c’est tout. Cherche pas le mal n’importe où.
  • C’est tout de même sur elle que tu as éjaculé.
  • Oui et la fois suivante, c’était dans ta bouche, je te rappelle. Et après, on a juste fait l’amour tous les deux, sans elle. Lorsqu’elle a dit qu’elle partait, j’ai pas essayé de la retenir, c’est juste avec toi que je voulais être.
  • … Laurent… Tu m’as trompée pendant qu’on était pas ensemble ? Pendant ces dix jours ?
  • Non, pourquoi tu penses ça ?
  • Ben, c’est parce que tu as souvent besoin de faire l’amour… Hein, tu sais qu’on le fait souvent… Alors, je pensais que pendant ce temps tu n’aurais pas pu te retenir et que tu es allé voir ailleurs…
  • Ben non, je peux me retenir tout de même. Et je peux utiliser ma main… Attends, ça veut dire quoi ça ? C’est quoi ce regard coupable ?
  • J’ai pas de regard coupable… C’est ta faute aussi, parce que tu m’as donnée trop l’habitude de faire l’amour aussi souvent…
  • Quoi ? Ma faute ? Tu rigoles ? C’est toi qui me saute dessus dès qu’on se voit, qui en demande tout le temps plus, à te caresser encore et encore pour m’exciter pour qu’on baise toute la nuit… Souvent ?
  • Non… 4 fois… ou 5 ?
  • Quoi ? En 10 jours ? Avec le même ?
  • Non…

 

Quelques heures plus tard.

  • Qu’est-ce que tu fais là ? T’es pas avec Fanny ?
  • Je te réveille ?
  • Oui, vous m’avez crevée tout à l’heure. Ça va pas ? C’est ma faute ?
  • Non, c’était surprenant de te voir débarquer comme ça, nous proposer cette partie à trois…
  • Je n’avais pas envie d’être seule ce soir. Elle ne m’a pas reconnue au moins ?
  • Non, pas du tout.
  • Ça t’as fait plaisir aussi ?
  • Oui… Je ne savais pas que tu étais lesbienne. Enfin, tu m’avais dit que tu ne l’étais pas…
  • Je ne le suis pas. J’ai déjà fait l’amour à des filles, mais c’est tout… ça n’a pas l’air d’aller. Dis-moi ce qui ne va pas.
  • Rien… Elle a juste baisé pendant qu’on n’était pas ensemble, voilà…
  • Avec le même type ?
  • Non, un différent à chaque fois, à ce qu’elle m’a dit.
  • Ben, rien de grave alors. C’était purement sexuel, pas de sentiments. Et tu lui as dit pour nous ?
  • Non…
  • Ben alors, où est le problème ? Elle t’a trompée, tu la trompes régulièrement avec moi… Voilà, vous êtes à jeu égal.
  • Tu ne veux pas qu’on casse…
  • Je m’en fous que tu sois avec elle ou une autre. Je veux juste qu’une autre t’occupe pour éviter que tu te concentres de trop sur moi.
  • Pourquoi ?
  • Venge-toi. Je ne sais pas, couche ouvertement avec une autre… Pas moi, il vaut mieux que ce soit une inconnue.
  • Je vais y penser… Et niveau vengeance, je ne sais toujours pas pour Rémy…
  • Ho, lui… En fait, une fois la colère passée, je n’avais plus envie. Mais, je suis allée en boîte, déguisée en Mamie binocles pour rigoler avec des amis, et je l’ai vu, il était là aussi. Il a commencé à m’emmerder. Du coup, j’ai demandée à une copine de s’en occuper.
  • Et ? Je ne vois pas où est le problème là.
  • C’est une copine un peu particulière… Enfin, ils ont flirté ensemble… Il n’est pas très perspicace non plus… Ils sont allés dans les toilettes… Et je suis allée voir au bout de quelques minutes… Et j’ai vu… Ton pote, ex pote ?, tailler une pipe à ma copine ?
  • Hein ? Tu veux dire un broute minou ?
  • Non, non. Je te disais, ma copine est un peu spéciale. C’est un transsexuel. Il s’est fait mettre des seins, mais a encore son pénis. En tout cas, Rémy avait l’air de beaucoup aimer.
  • Et… Il sait que tu as vu ?
  • Oui, lorsque ma copine est venue me voir après… Elle m’a tout racontée, et il a bien vu. Depuis, il m’évite… Enfin, il m’a fait jurer de ne jamais le dire.
  • Ta copine a raconté quoi ?
  • Ben… il n’est plus puceau de l’anus non plus… Il a été surpris au début, mais visiblement, ça ne l’a pas bloqué pour faire plus. Tu dois être à son goût, c’est peut-être pour ça qu’il ne veut plus te parler.
  • Pfff… n’importe quoi. Il doit penser que je le sais surtout. Il a peur que ça se propage. De toute façon, il est inintéressant ce type… Merci, tu m’as remonté le moral.

 

   Chapitre 12 : Maman     — oooOOooo —     Chapitre 14   

Commentaires


Laissez un commentaire