Mamie Binocles  >>  Mamie Binocles - Partie 1

Chapitre 18

Mamie Binocles partie 1 chapitre 18

La fille que j’avais croisée lorsque je faisais du shopping avec Fanny.

  • Salut Laurent.
  • Ha, Mathilde, ça va ?
  • Et toi ? Ta copine va bien aussi ?
  • Je ne sais pas, on n’est plus ensemble.
  • Ha ?
  • Ça à l’air de te réjouir, t’es plus avec ton copain non plus ?
  • Si si, mais on ne se voit pas souvent, il habite loin. Non, mais, je trouvais qu’elle n’était pas faite pour toi.
  • Pourquoi tu pensais ça ?
  • … Intuition féminine. Tu fais une drôle de tête.
  • Ben, je m’interroge… En un an on ne s’est quasiment jamais adressé la parole et tu viens faire la causette avec moi comme ça…
  • C’est vrai… En fait… Attends, allons dans un coin plus calme… Voilà, c’est bien. Ben, j’ai entendu dire que tu étais… Enfin… Comment dire… Que tu sais y faire avec les filles, et t’es plutôt très ouvert et surtout discret…
  • Ha ? Ben, je ne sais pas, c’est la première fois qu’on me le dit…
  • Mhhhh, modeste en plus… Ça m’excite ça… Tu finis à quelle heure ?

 

  • Tu peux m’expliquer pourquoi hier une fille, maquée en plus, est venue me voir pour un plan cul ?
  • Je suis innocente et je ne parlerai qu’en présence d’un avocat ! Mathilde ?
  • Oui, comment tu le sais ?
  • Je l’ai vu t’attendre hier soir et vous êtes partis ensemble. C’était bien ?
  • Dès le départ, elle m’a prévenu qu’elle ne suçait pas.
  • Ho… Mon pauvre, toi qui aime tant ça. Du coup, tu devais être frustré.
  • Non, parce qu’elle l’a tout de même fait. Une fois bien excitée, elle devient ultra docile…
  • Et, ça ne l’a pas refroidie ?
  • Ça n’a pas eu l’air, je n’ai rien demandé, et elle n’arrêtait plus comme si sa vie en dépendait.
  • T’es con… J’ai failli éclater de rire.

 

On se fit interrompre par un « Mademoiselle, veuillez arrêter de draguer votre voisin pendant mes cours. Si vous voulez continuer à discuter, ne vous gênez pas, vous pouvez en faire part à tout l’amphi ». Elle m’en voulut un peu de s’être fait remarquer de la sorte, que tout le monde ce soit mis à rire... Elle ne voulait plus discuter, je lui ai glissé un papier « Ça te dit ce soir ? Cette fois, c’est moi qui prépare le repas ». Et elle finit par répondre au bout d’une bonne demi-heure « ok, mais chez moi. Tu veux une tenue particulière ? ». Ma réponse la fit largement sourire « Juste un papillon sur la fesse me convient largement ». Elle avait clairement envie de m’exciter et je reçus « Comme tu veux, mais j’ai une guêpière seins nus que tu ne connais pas ».

 

  • Le repas est prêt ? J’ai faim !!!
  • Enlève tes mains de là, s’il te plait, je bosse moi.
  • T’as un très joli cul…
  • Ouais, ben, c’est bien un fantasme de fille ça… Parce que me retrouver à faire la bouffe juste habillé d’un tablier, c’est pas trop mon truc.
  • T’es trop sexy comme ça.
  • Je me sens surtout ridicule. C’est bien pour toi que je le fais.
  • Et tu ne trouves pas que je suis ridicule moi ?
  • Tu rigoles ? T’es trop bandante comme ça.
  • Ha ? ça ne se voit pas.
  • Ben non, pas là… Tu me les as un peu vidées. Mais, attends une demi-heure et je te montrerai. Et t’en as encore beaucoup des tenues comme ça ?
  • Un peu.
  • Et c’est pour qui que tu les mets ?
  • Pour moi. J’aime la jolie lingerie. J’aime en acheter, l’essayer, la mettre. Voilà quoi.
  • Tu en mets souvent ? Enfin, tu as souvent des soutiens-gorges et des strings sympas, c’est vrai… Mais, je pensais que c’était pour moi que tu les mettais.
  • Ben non. Par exemple, hier, je portais un ensemble string et soutien-gorge noir en dentelles et son porte-jarretelles assorti.
  • Tu portais ça où ? En cours ?
  • Ben oui… Ho ben le tablier se lève tout seul…
  • C’est que… C’est excitant d’imaginer ça… Mamie Binocles avec des sous-vêtements comme ça.
  • Comme quoi ?
  • Ben… Tu sais…
  • Tais-toi, je sens que tu vas t’enfoncer.
  • Ben quoi ? Tu ne veux pas entendre que c’est excitant de fréquenter une fille prude, qui a l’air de rien et qu’en fait c’est une grosse cochonne, et qu’elle le porte sous ses habits ?
  • Je suis une grosse cochonne ?
  • Ouais, et moi je suis un gros cochon.
  • J’espère bien que tu vas encore me le prouver, mais pour le moment, finis de préparer la bouffe. Je meurs de faim moi !

 

   Chapitre 17     — oooOOooo —     Chapitre 19   

Commentaires


Laissez un commentaire